lundi, 22 avril 2024

Le partenariat public-privé, un choix stratégique au développement

Le partenariat public-privé est un procédé par lequel l’Etat appelle les investisseurs privés à  participer à la réalisation de projets d’utilité publique, et ce pour alléger les charges de l’Etat et accélérer le développement. Actuellement, les autorités tunisiennes ont plus que jamais besoin de renforcer ce genre de partenariat, d’autant qu’elles font face à de grands défis économiques et sociaux.

partenariat

En Tunisie, la question est tranchée, faire participer le secteur privé est un choix qui découle d’une volonté politique. Il s’inscrit dans les plans de développement. L’objectif étant depermettre un meilleur management des services.  Ce n’est donc pas une simple modalité de financement non budgétaire des biens collectifsmais un réel instrument de développement socio-économique.

Toujours est-il qu’il faut des préalables  à l’instauration de telle stratégie PPP. Tout d’abord la répartition des rôles entre le secteur public et le secteur privé. Deuxièmement,  l’amélioration de l’environnement des investissements par la mise en place d’un arsenal juridique et institutionnel adéquat.

En Tunisie, le partenariat public-privé s’est concrétisé dans plusieurs secteurs. La création universités privés et l’investissement dans les foyers universitaires (11.000 lits soit 20 % de la capacité totale d totale d’hébergement des étudiants). La création des centres de formation privés (650 centres de formation qui délivrent 340 diplômes homologués). Dans le secteur de Santé, une loi concernant les Etablissements publics de santé (EPS) a été promulguée avec la suppression des autorisations pour les cliniques et le transport sanitaire. Le secteur privé a investi, également,  dans le domaine Aménagement des terrains industriels.

Le développement d’une approche PPP doit se prêter à une stratégie globale qui doit se baser sur :

– une préparation technique judicieuse des différentes opérations de participation du secteur privé et ce, sur la base d’études élaborées par des bureaux d’études nationaux ou étrangers

– une concertation sur les choix et ce, à travers des consultations régionales et nationales sur les sur les programmes et les politiques programmes

– le suivi continu des réalisations à travers l’élaboration des rapports annuels sur le développement, ce qui permet de faire les réajustements nécessaires.

Le partenariat public-privé pourra débouché sur de multiples avantages, comme l’allègement des contraintes budgétaires pour l’Etat (Réduction du besoin d’endettement), la création de nouvelles ressources par un partage de bénéfices entre l’opérateur et l’autorité publique, la hausse des bénéfices financiers , l’allocation équilibrée des risque, l’évaluation exacte des coûts ainsi que la limitation des coûts, la réalisation rapide des projets, la modernisation de l’économie, la concentration de l’Etat sur ses missions régaliennes et la création d’emplois durables.

Il existe toutefois un nombre de risques lié aux PPP, étant donné que les intérêts des deux parties peuvent  diverger. C’est ainsi que  l’établissement d’un PPP doit naitre d’une négociation équilibrée. Par ailleurs, l’investissement du secteur privé comporte des limites, comme l’accroissement des risques économiques et financiers auxquelles font face les entreprises privées.