Elaboration d’un inventaire général des gaz à effet de serre

 » Une équipe de travail composée de compétences tunisiennes dans différents domaines œuvre à dresser un inventaire général des gaz à effet de serre afin de déterminer leurs quantités et sources « , a indiqué la directrice au ministère de l’environnement chargée de la troisième communication nationale au titre de la convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), Amel Akremi.
Lors d’un atelier national tenu, à Tunis, sur le thème:  » inventaire des gaz à effet de serre du secteur agricole : quelle importance dans la politique nationale des changements climatiques ? Quel rôle des parties prenantes ? « , elle a ajouté que cet inventaire va permettre d’identifier les solutions pour réduire l’effet économique et social de l’émission des gaz à effet de serre.
De son côté, le ministre de l’agriculture, des ressources hydrauliqus et de la pêche Samir Taieb a souligné que cet atelier s’inscrit dans le cadre de la mission de son département d’identifier une vision et d’établir un programme pour lutter contre les changements climatiques, notamment en ce qui concerne le secteur de l’agriculture et de la pêche.
Il s’agit, également, de contribuer à l’effort international pour atténuer les menaces de ce phénomène.
« La lutte contre les effets négatifs des changements climatiques nécessite une volonté politique pour tenir compte de ce phénomène dans la planification « a souligné le ministre.
Il a ajouté que le plan quinquennal pour le développement du secteur agricole et de la pêche (2016-2020) comporte un programme d’action basé sur plusieurs points dont essentiellement, la mise en exergue des efforts contribuant à lutter contre l’émission de gaz à effet de serre et les effets des changements climatiques dans la stratégie sectorielles et relatives à la préservation des ressources naturelles.
Le plan prévoit, également, la mise en place d’un plan national pour l’adaptation aux changements climatiques englobant la production agricole et de la pêche, les activités écologiques et la gestion durable des ressources hydrauliques, outre le renforcement de la coordination avec les régions intervenantes dans le dossier des changements climatiques.
Il comporte, en outre, la mise en place d’un cadre institutionnel adéquat et d’un système national de métrologie, de l’information et de la révision.
Par ailleurs, le représentant du programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), Imed Thabet a rappelé que la Tunisie est adhérente aux différentes conventions internationales relatives aux changements climatiques et est considérée parmi les pays les plus confrontés aux effets des changements climatiques.

Leave a Reply