L’Italie compte augmenter sa part dans le financement de l’interconnexion électrique entre les deux pays (Ministre italien)

L’Italie compte revoir à la hausse sa part dans le financement du projet d’interconnexion électrique entre la Tunisie (Cap Bon) et l’Italie (Sicile) dont le coût global s’élève à 600 Millions d’euros (1500 MD) et la portera de 150 (366, 35 MD ) à 300 Millions d’euros (730 millions de ), a annoncé jeudi, à Rome, le ministre Italien de développement économique Carlo Calenda.
Il a ajouté, au cours d’une rencontre, tenue mercredi, entre des hommes d’affaires italiens et tunisiens et des représentants des organisations patronales des deux pays à l’occasion de la visite effectuée par le Président de la République Béji Caïd Essebsi en Italie; que son pays œuvrera, auprès de l’Union Européenne (UE) à parachever le financement du projet en attendant le démarrage de projet, au cours de l’été prochain.
Essebsi a, de son coté mis l’accent sur la nécessité de concrétiser les promesses d’investissements et les accords conclus entre les deux pays, notant que la Tunisie dispose d’un climat d’affaires propice à l’investissement et que des perspectives importantes d’investissement y sont offertes.
Dans leurs interventions, les hommes d’affaires italiens ont mis l’accent sur l’importance de la simplification des procédures de création de certains projets, la mise en place de l’infrastructure nécessaire tel que le transport maritime, s’interrogeant sur l’organisation syndicale dans les entreprises, la création de projets d’ingénierie financière et l’utilisation des technologies dans la création de projets communs.
Dans sa réponse le ministre de développement, de l’investissement et de la coopération internationale, Fadhel Abdelkefi, a indiqué que la Tunisie a mis en place les législations nécessaires à même de booster l’investissement dont la loi de l’investissement (25 articles) et la loi relative au Partenariat Public Privé (PPP), notant que le pays dispose des compétences dans différents domaines, lesquelles constituent un avantage comparatif.
Abdelkefi a mis l’accent sur le potentiel d’investissement offert aussi bien en Afrique, qu’en Libye ( projets de reconstruction) exprimant la disposition de la Tunisie à entamer un dialogue pour la création d’un Fonds Tuniso-Italien.
Par ailleurs, un projet d’investissement au Djerid Tunisien sera réalisé dans le cadre la coopération entre les patronats des deux pays, selon l’organisation patronale Italienne Confindustria.
Le président de la République accompagné d’une délégation d’hommes d’affaires effectue les 8 et 9 février, une visite d’Etat en Italie.

Leave a Reply