Les industries créatives, une opportunité pour absorber le chômage en Tunisie (conseiller de la BERD)

 » Les industries créatives, dont les médias, la culture et les services numériques, représentent aujourd’hui une opportunité pour la Tunisie, qui a toutes les chances de se positionner dans ce créneau porteur, qui pourrait absorber un nombre important des diplômés de supérieur, dont le taux de chômage avoisine actuellement les 30%  » a déclaré, jeudi, Frank Hannigan expert international dans l’industrie des médias et conseiller auprès de la BERD.
Lors d’une conférence, organisée par la BERD sur le Thème  » Les industries créatives en Tunisie : perspectives d’ouverture sur le marché international « , il a aussi affirmé que  » les industries créatives émergent partout où il y a des gens intelligents et une culture riche. La révolution numérique présente une fenêtre d’opportunité pour les économies émergentes et la BERD peut jouer un rôle clé pour aider ces entreprises à se lancer à l’international ».
Hannigan a, par ailleurs, rappelé que  » les industries créatives ont représenté en 2013, 3% de l’économie mondiale globale et qu’elles peuvent atteindre dans les quelques années à venir les 7%. C’est un marché global de 2,12 trillions d’euros et qui emploie 29,5 millions de personnes à travers le monde « .
Incitant les entreprises tunisiennes actives dans ce domaine à solliciter la BERD pour pouvoir bénéficier de son réseau d’expertise et de conseil, mais également de son assistance financière, l’expert international a fait savoir que  » 1400 compagnies sont annuellement sélectionnées par la Banque pour bénéficier de ses prestations, et qu’elles peuvent ainsi avoir accès à un réseau de plus de 6000 experts à travers le monde. 77% de nos clients ont pu augmenter leurs chiffres d’affaires de plus de 23% et leur productivité de 8% « .
Hannigan a également cité quelques Success Stories dans le domaine des industries créatives, ayant été accompagnées par la BERD, dont  » Razor Communication (Belgrade), Infosot (Albanie), mais également Get Wireless (Tunisie) qui a pu développer avec l’assistance de la BERD sa stratégie d’export et augmenter sa marge nette de plus de 25% et Proxym IT (Tunisie) qui a pu augmenter son chiffre d’affaire de 67% « .
Epouser la voie du numérique, des nouvelles technologies et des industries créatives, revient selon ce conseiller de la BERD, à favoriser le développement et l’émergence des entreprises mais aussi à créer et à préserver des emplois.
Cette conférence était aussi pour les conseillers de la BERD, l’occasion de présenter aux entreprises les services fournis par la Banque en Tunisie et notamment le Programme d’appui à la compétitivité des services et les divers programmes de Formations qu’elle dispense en faveur des consultants, des femmes chefs d’entreprises, des associations professionnelles…
Les instruments financiers mis à disposition des PME par la banque ont également été présentés par Khalil Dinguizli, banquier principal au bureau de la BERD qui a précisé que  » depuis l’été 2015, la BERD est la seule institution financière internationale présente en Tunisie à pouvoir financer en dinar tunisien et qu’en mai 2016, cette Banque a signé un protocole d’accord avec le ministère des Finances permettant à la Tunisie de devenir éligible au programme de Financement des PME en monnaie locale. Cet accord vise à favoriser l’accès des PME tunisiennes aux Financements de la BERD, qui sont plus orientés actuellement vers les entreprises étrangères implantées en Tunisie ».
Dinguizli a en outre mentionné que  » le total des investissements cumulés de la BERD en Tunisie depuis 2012 s’élève à près de 350 millions d’euros avec près de 30 projets financés et que près de 350 petites et moyennes entreprises ont pu bénéficier de l’assistance technique de cette banque « .

Leave a Reply