Le chef du gouvernement donne le coup d’envoi des travaux de la conférence Afrique et Moyen-Orient 2017 de la JCI Sousse

Le chef du gouvernement, Youssef Chahed, a assuré mercredi, à Sousse, que la Tunisie demeure attachée à la voie de la démocratie et de la transition, vers l’instauration d’un modèle de développement équitable et équilibré, basé sur les principes de la transparence et de la bonne gouvernance.

Donnant, cet après-midi, le coup d’envoi des travaux de la conférence Afrique et Moyen-Orient 2017 de la jeune chambre internationale de Sousse (JCI), Chahed a estimé que les efforts consentis par les gouvernements ne suffisent plus pour relever les défis qui s’imposent.

« Ces efforts requièrent l’appui des forces vives et notamment des jeunes actifs au sein des composantes de la société civile », a-t-il expliqué, faisant remarquer que la participation des jeunes et de la société civile dans la vie publique nationale est aujourd’hui une réalité de la Tunisie nouvelle.

Le chef du gouvernement a salué, à cette occasion, la contribution des membres de la JCI à la diffusion de la culture de la paix dans le monde, rappelant, par la même, le succès de la Tunisie dans l’ancrage de la tradition du dialogue national et du consensus entre les différentes forces politiques, ce qui lui a valu le prix Nobel de la paix 2015.

Chahed a, par ailleurs, réitéré la disposition du gouvernement d’Union nationale à soutenir les efforts déployés par la société civile nationale et internationale pour l’instauration du dialogue et l’établissement de la paix dans le monde, invitant les participants à la conférence à prendre part massivement à la marche pour la paix prévue samedi prochain à Sousse.

Le congrès, organisé à Sousse du 3 au 6 mai, sera une occasion pour jeter la lumière sur les richesses des pays participants à la tenue d’une exposition économique et commerciale.

Il verra l’organisation également de compétitions internationales dans le domaine de l’éloquence et des débats, a déclaré à l’agence TAP le directeur de la commission d’organisation, Slim Al Haj Mabrouk.

« Le congrès sera également une opportunité pour promouvoir l’image de la Tunisie en tant que pays civilisé, offrant de grandes opportunités d’investissement, et faire connaître son peuple qui bannit la violence et l’extrémisme », a-t-il ajouté.

Il a précisé que le choix de la ville de Sousse s’est fait lors du congrès de l’Afrique et du Moyen-Orient organisé l’année dernière à Johannesburg en Afrique du Sud, indiquant qu’il constituera une nouvelle occasion pour confirmer la capacité des jeunes compétences tunisiennes à assumer la responsabilité et à prendre des initiatives.

A l’ordre du jour du congrès, des conférences intellectuelles, des ateliers et des séances de prise de contact entre jeunes promoteurs, hommes d’affaires et responsables gouvernementaux tunisiens, d’une parte, des hommes d’affaires et investisseurs étrangers, d’autre part. Ces contacts visent à approfondir les points de vue sur la coopération économiques, les opportunités d’investissement et à échanger des idées et des expériences. Le programme prévoit également des visites de sites touristiques et culturels.

Plus de 700 participantes de près de 30 pays africains, ainsi que de Syrie, Liban et Jordanie, prennent part aux travaux du congrès Afrique-Moyen Orient de la jeune chambre internationale de Sousse, outre des invités d’honneur de certains pays européens, asiatiques et américains.

Leave a Reply