Le changement de l’année de référence, une des recommandations du projet de jumelage tuniso-franco-italien pour améliorer la statistique en Tunisie

Le projet de jumelage entre l’Institut National de la Statistique (INS-Tunisie), l’Institut des Etudes Economiques de France (INSEE) et l’Institut de la Statistique d’Italie (ISTAT), sur « la modernisation de l’appareil statistique tunisien », officiellement clôturé, jeudi, à Tunis, recommande de changer l’année de base des comptes pour qu’elle devienne 2015 au lieu de 1997. L’objectif de ce projet, financé par l’Union Européenne (UE) à hauteur de 1,350 million d’euros, est d’améliorer le système statistique en Tunisie.
« Un nouveau dispositif statistique pourrait améliorer, surtout, l’évaluation du secteur informel et permettra de réviser le système national de la comptabilité », a indiqué le directeur général de l’INS, Hédi Saidi.
Le projet de modernisation de l’appareil statistique en Tunisie a permis, selon Saidi, de réviser la loi statistique et de renforcer le respect des principes fondamentaux des statistiques officielles tels que l’indépendance professionnelle et scientifique, la qualité et la diffusion.
Il a aussi permis d’élaborer méthodologie pour une meilleure estimation du PIB régional et de la valeur ajoutée et a proposé d’intégrer l’information géospatiale dans le processus de production statistique à l’INS et de consolider le processus de production statistique « gouvernorat en chiffres », a encore fait savoir le premier responsable de l’INS.
Et d’ajouter que le projet de la nouvelle loi statistique qui a été adoptée, fin décembre 2017, par un conseil des ministres sera bientôt présentée à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP).
Intervenant à cet événement, l’Ambassadeur d’Italie à Tunis, Lorenzo Fanara a souligné que la contribution des statistiques dans les débats politiques est devenue fondamentale.
Il a fait état de la disposition de l’Italie à soutenir davantage des projets en faveur de la Tunisie surtout dans le domaine des statistiques.
De son coté, le ministre conseiller de l’Ambassadeur de France à Tunis, Laurent Viguié a affirmé que la statistique est considéré comme un outil crucial pour le développement économique et social aussi bien pour la Tunisie que pour les autres pays.
Pour la représentante de l’UE à Tunis, Sophie Vanhaeverbeke, le projet de jumelage est un outil phare pour favoriser et rapprocher la Tunisie à l’Europe.
« Nous sommes prêts à apporter l’assistance technique nécessaire à la Tunisie pour que le pays puisse avoir des statistiques indépendantes, fiables, pertinentes et accessibles » a déclaré la responsable, estimant que le projet de jumelage permet à l’UE, en tant que donateur de « capturer une réalité économique, politique et sociale de la Tunisie et à avoir une image claire de la situation de la population pour évaluer et mesurer le type de soutien à apporter à ce pays ».
Le projet de jumelage entre les trois établissements tunisien, français et italien de la statistique, avec l’appui de Statistiques Lituanie, s’inscrit dans le cadre de la convention de financement relative au Programme d’Appui à l’Accord d’Association et à la Transition (P3AT), conclue entre la Tunisie et l’Union Européenne.

Leave a Reply