L’économie tunisienne, des signes de progrès malgré l’incertitude

L’économie tunisienne a bien démarré l’année 2018, avec une légère amélioration de la balance commerciale et une augmentation du tourisme en janvier 2018 par rapport à la même période de l’année dernière, selon des sources gouvernementales. Les prévisions du fond monétaire  international projettent que la croissance économique devrait se redresser. La mise en œuvre de la nouvelle loi sur l’investissement devrait stimuler l’investissement, et les exportations devraient bénéficier de la reprise dans l’UE et le dinar inférieur. Le chômage diminuera mais restera élevé. Le compte courant s’est fortement détérioré en 2017 et une légère reprise est prévue en 2018 et 2019.

Le ratio de couverture des importations avec les exportations s’est amélioré de 7%, passant de 64,8% à 72,8% entre 2017 et 2018, avec une augmentation de 39% des exportations et une augmentation de 25,5% des importations, selon les sources.

Le secteur agricole a été stimulé par une bonne récolte d’olives et une récolte de dattes exceptionnelle. La performance combinée de l’agriculture et du secteur agroalimentaire pourraient apporter une contribution plus importante que prévu à la croissance de l’économie. Les mouvements syndicaux restent toutefois tendus et pourraient avoir un impact sur le climat social, avec des répercussions sur l’environnement des affaires. L’instabilité sociale dans certaines zones présente toujours un risque pour les investisseurs et le tourisme. Une hausse des prix du pétrole affecterait l’inflation, les finances publiques et le solde du compte courant.

Le redressement de la zone euro a fortement contribué à la forte expansion des secteurs orientés vers l’exportation et, en particulier, des industries mécaniques et électriques et des textiles.La production de phosphates a été touchée par des mouvements sociaux au deuxième trimestre, mais semble avoir repris son élan.

Le taux de couverture général a augmenté de 10,4% en janvier 2018, ce qui a permis de stabiliser la valeur du dinar tunisien sur le marché des changes. Les chiffres  de l’institut national des statistiques montrent que les exportations du secteur agricole et alimentaire ont doublé pour atteindre 507 millions de dinars, selon les sources. Les secteurs de l’industrie mécanique et électrique ont également connu une croissance, avec des hausses respectives de 27% et 26%.

Les recettes touristiques ont connu une nette amélioration de 15,7%, passant de 131,1 millions de dinars à la fin de janvier 2017 à 151,7 millions de dinars à la fin de janvier 2018.

Sur le plan monétaire, l’inflation a augmenté depuis le début de 2017 et la banque centrale a relevé deux foisson taux directeur cette année. Les pressions inflationnistes sont principalement dues à la forte croissance des prix libres sur les marchés, à l’augmentation du taux de TVA et à d’autres dispositions de la Loi de finances pour 2018. De sa part la dette extérieure a fortement augmenté depuis 2011 pour atteindre 70% du PIB, ce qui la rend sensible à toute dépréciation significative du dinar. Les crédits à la consommation ont doublé entre 2010 et 2017.

Mehdi Mili

Leave a Reply