Iyed Dahmani explique les raisons du limogeage du ministre de l’énergie et de certains responsables de son département

Le porte-parole du gouvernement, Iyed Dahmani a expliqué qu’un investisseur tunisien qui exploite, dans les zones côtières de Monastir, un champ pétrolier sans disposer d’un permis est la raison du limogeage du ministre de l’énergie, des mines et des énergies renouvelables Khaled Gaddour, du secrétaire d’Etat chargé des mines Hachem Hmidi et de certains responsables de son département.
Il a ajouté, lors d’une conférence de presse tenue, vendredi, au palais du gouvernement, à la Kasbah, que l’investisseur tunisien a sollicité le Chef du gouvernement pour inaugurer le champ pétrolier  » Halk El Menzel  » au cours des prochaines semaines mais après vérification, il s’est avéré que le délai d’exploitation de son permis d’exploitation a expiré depuis 2009.
Dahmani a reconnu que la responsabilité du ministre de l’Energie, des mines et des énergies renouvelables est indirecte dans ce dossier qui remonte à 2009, soulignant qu’une enquête approfondie sera ouverte par l’Instance de contrôle général des services publics (ICGSP) et celle du Contrôle général des finances (CGF), pour identifier les responsables impliqués dans cette affaire.
Il a précisé que les services du ministère de l’Energie n’a pas averti l’investisseur tunisien, au cours de la période 2009-2018, concernant l’expiration du permis relatif au champ  » Halk El Menzel  » et aucune mesure n’a été prise à cet effet. Au contraire, cet investisseur a bénéficié de toutes les incitations fiscales accordées dans le cadre du code des hydrocarbures et a poursuivi son activité tout au long de cette période de manière illégale.
Et Dahmani de souligner que la durée d’exploitation du champ pétrolier « Halk El Menzel » (les zones côtièresde Monastir) est de 50 ans selon un accord d’exploitation conclu en 1979, mais après l’adoption du code des hydrocarbures en 1999, le propriétaire du permis, obtenu en 2006 auprès de son détenteur initial, a choisi d’adhérer au code précité pour bénéficier de plusieurs avantages notamment fiscaux, ce qui a induit à la réduction de la durée du permis à 30 ans au maximum, selon le code des hydrocarbures (1999). De ce fait, la période d’exploitation du permis a expiré en 2009 au lieu de 2029.
Il a fait remarquer que le champ pétrolier de « Halk El Menzel », exploité illégalement, figure parmi les principaux champs en Tunisie, avec une réserve de 8,1 millions barils, alors que la Tunisie produit 15 millions de barils annuellement. La production du champ atteindrait 15 mille barils au cours de la première période d’exploitation contre une production nationale quotidienne de pétrole estimée à 39 mille barils, soit une contribution supplémentaire du dit champ, dans la production nationale, à hauteur de 30% par jour.

Leave a Reply