La Tunisie demande l’inscription de la journée scientifique de l’olivier dans le patrimoine culturel immatériel

La Tunisie a décidé de déposer une demande auprès de l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture (UNESCO) pour l’inscription de la journée scientifique de l’olivier dans le patrimoine culturel immatériel.
Cette décision a été prise en collaboration avec le Liban, en marge des travaux de la 108ème session du Conseil des membres du Conseil oléicole international (COI), qui s’est tenue du 19 au 23 novembre courant, à Madrid, selon les données du ministère de l’Agriculture, de la Pêche et des Ressources hydrauliques.
Le COI a décidé, à cette occasion, d’appuyer le Centre international de formation dans l’huile d’olive, relevant de l’Office National de l’Huile (ONH), qui entrera en activité en 2019, outre la reconnaissance de son programme de formation afin d’en faire le premier centre international spécialisé dans l’huile d’olive.
Plusieurs observateurs ont pris part à cette session, dont notamment la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture), la Ligue des Etats arabes, la FAIA (Fédération arabe des industries alimentaires / Conseil économique et social de la Ligue arabe), le CIHEAM (Centre international des hautes études agronomiques méditerranéennes), l’IICA (Institut interaméricain de coopération pour l’agriculture), l’Irak, le Pérou, les Etats-Unis d’Amérique et la Nouvelle-Zélande.
La réunion a permis d’adopter des décisions concernant le secteur de l’huile d’olive à l’échelle internationale, l’approbation du budget du Conseil pour l’année 2019 et de son programme pour la prochaine période.
En marge de ladite session, un accord a été conclu entre la Tunisie et l’Espagne stipulant la consolidation du partenariat dans les domaines de la recherche scientifique, la formation agricole, la vulgarisation et l’assurance agricoles, de la production, de la transformation, de la valorisation de l’huile d’olive et l’organisation professionnelle. Des experts des deux ministères devront se réunir, à partir de 2019, afin de mettre en place, un plan d’action commun pour l’exécution des dispositions de l’accord signé en février 2018.
A noter que le COI est une organisation intergouvernementale regroupant les pays exportateurs et importateurs des olives e de leurs dérivés.
Le Conseil regroupe actuellement 14 pays ainsi que l’Union européenne (Tunisie, Algérie, Argentine, Egypte, Iran, Jordanie, Liban, Libye, Maroc, Palestine, Turquie, Uruguay et Monténégro). Ces pays représentent plus de 98% de la production mondiale des olives.
La Tunisie est membre fondateur du COI, depuis le 14 février 1956.

Leave a Reply