Le SYNAGRI lance un cri d’alarme face à la hausse des prix des fourrages

Le syndicat des agriculteurs de Tunisie (SYNAGRI) a dénoncé la hausse des prix des fourrages composés, destinés à l’élevage du cheptel, en dépit de la baisse des prix des matières premières sur les marchés internationaux.
Le SYNAGRI a indiqué dans un communiqué, publié jeudi, à Tunis, que les prix des fourrages (soja et maïs) ont enregistré une hausse de 925 dinars à 940 dinars la tonne pour l’éleveur, expliquant les hausses des prix par l’absence d’un corps de contrôle des prix dans la filière des fourrages, entre les fournisseurs et les usines.
Le syndicat agricole a rappelé l’engagement des responsables chargés de la filière des fourrages destinés à la transformation, pris en octobre 2018, de ne pas augmenter les prix des fourrages composés jusqu’à la fin de cette année.
IL s’est étonné de  » l’insistance des responsables « , à appeler les agriculteurs à poursuivre la production et l’investissement sans accorder d’intérêt au contrôle des prix des fourrages composés qui représentent 70% du coût de production.
Le syndicat des agriculteurs a demandé au ministère de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche d’assurer le contrôle à même de mettre fin à la corruption dans la filière des fourrages, à partir de l’importation des matières premières jusqu’à la transformation et la distribution, outre la mise en place d’un nouveau système qui respecte les critères des prix sur les marchés internationaux.

Leave a Reply