Accélérer la numérisation des services estudiantins et de l’état civil

La commission d’accélération des projets de la transition numérique travaillera sur cinq volets relevant du ministère des Technologies de la Communication et de l’Economie numérique,dont la mise en œuvre du registre national de l’identifiant unique des citoyens qui va toucher 14 millions noms y compris ceux des personnes mortes depuis 30 ans, l’ extrait de naissance électronique « , le paiement électronique des recettes municipales, la numérisation de la gestion des permis de construction et la création d’un réseau intégré pour les collectivités locales, selon le ministre Anouer Maârouf.

Il a ajouté, lors d’une conférence de presse commune tenue mardi à la Kasbah, avec le ministre de l’Enseignement Supérieur, Slim Khalbous, et la ministre de la Formation Professionnelle et de l’Emploi, Saïda Lounissi, que cette commission œuvrera à lancer le service de l’extrait de naissance électronique » et interdira définitivement l’extrait en papier en novembre 2020.

Quant au ministère de l’enseignement supérieur, il mettre à la disposition des étudiants la carte intelligente (smart card ), pour avoir accès aux services de restauration, de logements, et de bourses universitaires, a indiqué Khalbous. Une plateforme électronique sera également créée pour fournir une formation supplémentaire à l’étudiant et suivre son employabilité après l’obtention de son diplôme de fin d’étude. Ces workshops électroniques demandent davantage de formation des formateurs dans le domaine numérique et de la numérisation des diplômes dans toutes les spécialités, a ajouté le ministre.

Pour sa part, Lounissi a fait savoir que son département œuvrera à la numérisation du système d’obtention du certificat d’aptitude professionnelle outre la création des plateformes de services de formation professionnelle et de l’initiative privée.

La directrice générale des technologies au ministère de l’Education, Walaa Tourki a mis en valeur le projet du ministère visant l’interconnexion de 6500 établissements scolaires au service d’Internet à haut débit et à développer le système de l’enregistrement à distance au niveau des écoles primaires et de base, outre la création d’une plateforme électronique destinée à la révision des cours pour les écoliers de la sixième année et de la neuvième année et les élèves du baccalauréat.

Les ministres ont convenu que le projet de la numérisation de l’administration sera accompagné par d’autres actions liées à l’accroissement du haut débit d’Internet, à la mise en place d’un réseau social dont la protection des données personnelles est assurée par l’Agence Nationale de la Sécurité d’Informatique.

Leave a Reply