lundi, 22 avril 2024

L’Unesco et la Tunisie organisent deux réunions sur la protection du patrimoine culturel subaquatique (les 5 et 6 mai)

Sous l’égide de l’organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), Tunis abritera deux réunions sur le patrimoine subaquatique, prévues sur deux jours, les 05 et 06 mai 2022, à Gammarth.

Ces réunions seront organisées par le ministère des Affaires Culturelles en partenariat avec l’Institut national du Patrimoine (INP) et l’Agence de Mise en Valeur du Patrimoine et de Promotion Culturelle (AMVPPC).

Le projet de coopération internationale pour la protection du patrimoine culturel subaquatique au banc des Esquerquis (Skerki) sera au centre de la quatrième réunion scientifique et technique du comité de coordination et du comité interministériel tunisien. Elle portera essentiellement sur le projet de feuille de route de la mission d’exploration archéologique subaquatique.

Il sera également question de présenter le projet de Descriptif du projet de coordination internationale pour la protection du patrimoine culturel subaquatique du banc des Esquerquis du plateau continental tunisien conformément à l’Annexe de la Convention de l’Unesco de 2001 et au décret 1836.

La 13ème réunion du Conseil consultatif scientifique et technique (STAB) de la Conférence des Etats parties à la Convention de 2001 sur la protection du patrimoine culturel subaquatique aura lieu, jeudi dans l’après-midi et vendredi matin, en format hybride, en ligne et en présentiel.

La 13ème réunion du STAB examinera, entre autres, les missions du STAB au Guatemala et au Paraguay, ainsi que le suivi de la Décennie des océans et de la Conférence sur les océans. Le STAB va également élire le président, le ou les vice-présidents et le rapporteur de sa 13ème Conférence.

Le STAB est un organe subsidiaire composé de 14 experts élus par la Conférence des États parties, qui se réunit une fois par an et conseille la Conférence sur des questions scientifiques et techniques.

La séance inaugurale verra la présence de plusieurs responsables tunisiens, notamment Hayet Ketat Guermazi, ministre des Affaires Culturelles, Asma Shiri, secrétaire générale des Affaires maritimes ainsi que les membres du comité de coordination et du comité interministériel tunisien.

Ghazi Gherairi, ambassadeur, délégué permanent de la Tunisie auprès de l’Unesco et de l’OIF prononcera une allocution à distance.

L’UNESCO sera représentée par Elia Del Carmen Guerra Jurado, ambassadeur, déléguée permanente de la république du Panama auprès de l’Unesco, présidente de la Conférence des Etats parties à la Convention de 2001 sur la protection du patrimoine culturel subaquatique et de Krista Pikkat, directrice, culture et situations d’urgence, secrétaire de la Convention de 2001.

Le secrétariat de la Convention de 2001 sera également représenté par Wafa Slimane, Rapporteuse du Conseil consultatif scientifique et technique (STAB) de la convention de l’Unesco de 2001 sur le patrimoine culturel subaquatique. Cette chercheuse tunisienne, spécialiste dans le patrimoine subaquatique, est également secrétaire du comité de coordination et point focal national de l’Etat coordinateur (Tunisie).

//Le programme de coopération international pour la sauvegarde patrimoine culturel subaquatique des Bancs de Skerki//

A l’occasion des 20 ans de la Convention du patrimoine culturel subaquatique, l’UNESCO avait lancé le plus vaste programme de coopération international jamais réalisé auprès de 8 pays des deux rives de la Méditerranée dont la Tunisie, pour la sauvegarde patrimoine culturel subaquatique des Bancs de Skerki, site archéologique au potentiel exceptionnel situé au nord-ouest du détroit de Sicile, fréquenté depuis l’antiquité par les navires empruntant la route commerciale entre Rome et Carthage.

L’un des points forts de la Convention est la promotion de la coopération internationale en matière de protection du patrimoine culturel subaquatique.

Pour la première fois dans l’histoire de la Convention, huit Etats des deux rives méditerranéennes – l’Algérie, la Croatie, l’Egypte, l’Espagne, la France, l’Italie, le Maroc et la Tunisie en tant qu’Etat coordinateur – ont décidé d’unir leurs forces pour sauvegarder le patrimoine culturel subaquatique des Bancs de Skerki.

En vertu de l’article 10 de Convention, la Tunisie est l’Etat coordonnateur dans la mesure où les éléments archéologiques submergés se situent sur son plateau continental.

Cette zone située au nord-ouest du détroit de Sicile possède un potentiel archéologique exceptionnel. Elle se trouve, par son emplacement central, au cœur d’un réseau d’échanges en Méditerranée déjà vieux de plusieurs millénaires. En effet, les Bancs de Skerki, constitués de récifs dangereux à la navigation, se situent sur le tracé d’une ancienne route commerciale de haute mer reliant Ostie, le port de ravitaillement de Rome, à la cité de Carthage en Tunisie actuelle.

Grâce au mécanisme unique de coopération entre Etats prévu par la Convention de 2001, l’UNESCO lance, aux côtés de ces huit pays partenaires, une grande campagne d’étude et de sauvegarde de ce site essentiel pour comprendre l’histoire de la Méditerranée. Ainsi, une mission scientifique de prospections sur la zone avait été lancé en 2021 ayant pour but d’explorer la zone en plus du recensement et de l’étude de son riche patrimoine.

TAP