Risques d’incendies : Une culture de prévention et d’anticipation est désormais nécessaire en Tunisie

Environ 16021 incendies ont été enregistrés en 2021, soit une moyenne de 44 incendies par jour, selon les statistiques de la protection civile. Un chiffre qui reflète l’absence d’une culture de prévention et une faiblesse du contrôle réglementaire de la conformité aux normes de sécurité, selon les participants à une journée de sensibilisation à la prévention contre les incendies, organisée lundi à Tunis, par la Fédération Tunisienne des Sociétés d’Assurance (FTUSA).

Intervenant lors de cette journée ayant pour thème «  Prévention contre le risque incendie : tous concernés…tous engagés », l’ingénieur expert auprès de la FTUSA, Hichem Saied a indiqué que «  le montant total des indemnités payées pour des incendies, est en augmentation ces 5 dernières années, passant de 32,8 MD en 2016 à 107,2 MD en 2020.

Ces chiffres ne comprennent toutefois pas les incendies indemnisés par les autres branches de l’assurance telles que les assurances « bris de machine », la « tous risque chantier et Montage », le « risque agricole » (incendies de culture ou de forets) et « l’automobile » (incendies de véhicules).

Il a par ailleurs mis l’accent sur l’importance de développer une vraie culture de prévention et d’anticipation contre les risques d’incendie, auprès des citoyens, des entreprises mais aussi des autorités compétentes.

« Cette culture doit être traduite par la mise en place de mécanismes de prévention qui, au-delà de leur rôle préventif, devraient garantir une meilleure efficacité de la lutte contre les incendies », estime l’expert.

«Sur le plan opérationnel, au niveau des unités industrielles, des commerces et des administrations, il est nécessaire de prendre des mesures dès la conception des bâtiments et du matériel.

Pour la lutte proprement dite, il faut bien installer le matériel adapté tels que les extincteurs mobiles, les robinets d’incendie, les sources d’alimentation en eau…Dans les installations extérieures telles que les dépôts de carburant, les postes électriques à haute tension, il est nécessaire de procéder au désherbage annuel avant la saison chaude ».

Pour les habitations, l’expert a indiqué que 70% des incendies mortels ont eu lieu dans la nuit. L’intoxication par la fumée est la première cause de décès chez les victimes d’incendie.  » Il est ainsi recommandé d’installer au moins un extincteur et des détecteurs de fumée ».

S’agissant des grandes cultures, Saied a recommandé de labourer, avant la période des moissons, les lisières prés des voies de communication (routes, lignes de chemin de fer) et de ne pas laisser de tessons de bouteilles ou de pièces métalliques éparpillées dans les champs.

Dans les forets ou en arboriculture (palmeraie, orangeraie..), 90% des départs de feux sont d’origine humaine. 80% des feux se déclenchent à moins de 50 mètres des habitations, a-t-il fait savoir considérant que « 50% des départs de feux pourraient être évités en appliquant les bons gestes au quotidien.

Intervenant, Néjib Gouider, un autre expert en incendies auprès de la FTUSA a souligné l’importance de prévenir, mais également d’appliquer la loi pour faire respecter les normes de sécurité et d’actualiser continuellement la réglementation pour suivre l’évolution des techniques et des mécanismes de prévention et de lutte contre les incendies.

TAP

 

 

 

 

Leave a Reply