« L’Afrique doit adopter le système d’échange de droits d’émission de carbone », selon NJ Ayuk

L’un des résultats les plus prometteurs de la conférence sur le climat COP27 de novembre dernier a été le lancement de l’Initiative africaine sur les marchés du carbone (ACMI). Cette initiative, dirigée par l’Afrique, vise à accroître considérablement la participation du continent aux marchés volontaires du carbone.

Les marchés du carbone sont des plateformes d’échange de droits d’émission de carbone : l’achat et la vente de crédits qui permettent à des entités de rejeter une quantité donnée de dioxyde de carbone ou d’autres gaz à effet de serre. Essentiellement, l’échange de droits d’émission permet aux pays (ou aux entreprises) de financer des projets qui réduisent les émissions au lieu de réduire leurs propres émissions. Les projets climatiques qui bénéficient de ce système vont du reboisement et de la conservation des forêts aux énergies renouvelables et aux pratiques agricoles qui stockent le carbone.

La Chambre africaine de l’énergie, comme d’autres défenseurs, est enthousiasmée par le potentiel de l’échange de droits d’émission de carbone à stimuler l’investissement dans les technologies et les projets verts, en particulier dans les pays en développement. Nous sommes optimistes quant à la perspective de voir le système d’échange de carbone conduire à davantage d’investissements dans les projets climatiques africains, ce qui pourrait aider les États africains à générer les revenus nécessaires à la mise en place d’un secteur des énergies renouvelables.

Cependant, nous sommes préoccupés par le fait que l’Afrique n’est pas incluse dans le commerce mondial du carbone dans la mesure où elle devrait l’être. Selon Good Governance Africa, seuls 2 % environ des projets climatiques mondiaux financés par le commerce du carbone se trouvaient sur notre continent, et la majorité d’entre eux ont eu lieu en Afrique du Sud et dans la région de l’Afrique du Nord.

Comme je l’ai indiqué dans mon livre récemment publié, « Une transition juste : Résorber la pauvreté énergétique grâce au mix énergétique », certains affirment que nous n’avons tout simplement pas la volonté politique de saisir cette opportunité. D’autres affirment que nous ne disposons pas de la technologie nécessaire ou que nous avons besoin d’un cadre réglementaire pour aller de l’avant. Je pense qu’il y a une part de vérité dans toutes ces affirmations, mais nous devons trouver des moyens de surmonter ces obstacles.

La création de l’ACMI est certes très prometteuse, mais il reste encore beaucoup à faire pour que l’Afrique tire pleinement parti de ce que le commerce du carbone a à offrir. Nous devons commencer dès maintenant.

Limiter la participation de l’Afrique au marché du carbone est une grave erreur. Ce serait une occasion manquée pour notre continent que nous ne pouvons tout simplement pas nous permettre.

L’utilité du système d’échange de quotas d’émission de carbone

En 1997, la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques a établi le protocole de Kyoto pour réduire les émissions mondiales de carbone en obligeant les pays à limiter les gaz à effet de serre en fonction d’objectifs individuels. Le protocole demande aux pays participants d’essayer d’abord d’atteindre leurs objectifs en matière d’hydrocarbures par des mesures nationales, mais s’ils n’y parviennent pas, le protocole leur permet d’atteindre leurs objectifs par le biais du marché. Si un pays émet plus que son objectif, il peut acheter des « crédits excédentaires » à ceux qui ont atteint leurs objectifs.

Le concept de base est que l’endroit où les émissions sont réduites n’a pas d’importance, il suffit qu’elles soient éliminées de l’atmosphère.

D’un point de vue écologique, le commerce du carbone soutient les objectifs de réduction des émissions, et ce en favorisant une situation gagnant-gagnant : Un émetteur d’hydrocarbures peut dépasser son objectif, à condition d’acheter des permis ou des crédits générés par des projets de réduction des émissions. Dans le cadre d’une transaction typique, un pays industrialisé investit ses crédits dans des projets environnementaux dans les pays en développement, ce qui permet également d’accélérer la mise en place d’infrastructures plus récentes et plus propres auxquelles ces régions n’auraient peut-être jamais eu accès ou qu’elles n’auraient jamais eu les moyens de mettre en place.

Les ramifications de cette situation sont profondes.

Prenons l’exemple de ce que l’International Emissions Trading Association a déclaré en 2019 sur le potentiel du commerce du carbone à couvrir les coûts des contributions déterminées au niveau national (CDN) des pays africains, c’est-à-dire ce qu’ils se sont engagés à faire pour lutter contre le changement climatique dans le cadre de l’Accord de Paris.

« La coordination transfrontalière sous forme d’échange de droits d’émission de carbone pourrait réduire de moitié le coût de la mise en œuvre des CDN d’ici à 2030, ce qui permettrait de réduire les émissions de 50 % de plus, sans coût supplémentaire. »

D’un point de vue économique, l’échange de droits d’émission de carbone est un mécanisme brillant parce qu’il tient compte de la réalité du monde : Certaines nations ou régions du monde (généralement les zones industrialisées) ne peuvent ou ne veulent pas réduire suffisamment leurs émissions, tandis que d’autres (principalement les économies en développement) produisent beaucoup moins d’émissions. L’échange de crédits de carbone en tant que marchandise répond aux besoins et aux objectifs des pays industrialisés et des pays en développement.

L’Afrique doit tirer parti de l’échange de droits d’émission de carbone

Outre les possibilités environnementales, l’échange de droits d’émission de carbone est aussi une vache à lait.

Le marché de l’échange de droits d’émission de carbone s’est considérablement développé depuis sa création : En 2021, la valeur des crédits carbone échangés atteignait 851 milliards de dollars. Il existe aujourd’hui environ 70 instruments de tarification du carbone (IPC) dans le monde, y compris des taxes et des systèmes d’échange de droits d’émission, qui concernent environ 23 % des émissions mondiales.

Il est fascinant de constater que la réduction des émissions de carbone est désormais suivie et échangée comme n’importe quelle autre marchandise. Et il est clair qu’il s’agit d’un marché énorme.

Malheureusement, à ce jour, une grande partie de l’Afrique a raté le coche lorsqu’il s’est agi de participer pleinement et dans des conditions équitables aux marchés mondiaux du carbone.

Dans un récent rapport, les fondateurs de l’ACMI ont identifié certains des obstacles qui doivent être surmontés pour que l’Afrique réalise son potentiel en matière de marché du carbone. La liste est longue. En voici quelques-uns :

• Un nombre limité de développeurs de projets, environ 100, opèrent en Afrique.
• Le lancement de projets de crédits carbone nécessite des capitaux initiaux importants.
• Il existe des défis réglementaires qui varient d’un pays à l’autre.
• La fragmentation des actifs rend plus difficile le déploiement de projets climatiques à grande échelle.
• Favoriser l’adhésion de la communauté peut s’avérer difficile.
• La facilité de faire des affaires varie selon les pays et les communautés.
• La méthodologie de conception des projets de crédit carbone n’est pas toujours adaptée aux pays africains, où les infrastructures et les technologies peuvent être limitées.
• La validation et la vérification requises pour les projets de crédits carbone peuvent être coûteuses et impliquer de longs délais.
• L’Afrique manque de capacités de vérification des projets.

La voie à suivre pour surmonter ces obstacles sera complexe et multiforme. Je pense qu’une étape importante sera la collaboration transfrontalière sur les marchés du carbone.

Les résultats positifs d’une telle collaboration sont visibles dans d’autres régions du monde. Le système d’échange de quotas d’émission de l’Union européenne (ETS), par exemple, s’est étendu à près de la moitié des émissions européennes depuis sa création en 2005. La Chine a lancé son propre système d’échange en 2021. L’UE est en train de planifier la liaison de son système avec le marché suisse indépendant, tandis que la Chine s’efforce de relier son système d’échange à un marché régional de pays d’Asie du Sud-Est afin d’accroître la coopération et d’améliorer l’efficacité du système.

Le moment est venu d’appeler les dirigeants des pays industrialisés à renforcer leur collaboration avec leurs collègues africains. Les grands émetteurs doivent être encouragés à canaliser les investissements – par le biais du mécanisme d’échange de droits d’émission de carbone – vers les initiatives vertes africaines.

Suivons l’exemple de la Suède et du Rwanda. Ils négocient leur propre système de financement climatique de gouvernement à gouvernement qui, au Rwanda, a déjà permis de restaurer 100 000 hectares d’écosystèmes dégradés, de créer 176 000 emplois et de fournir de l’énergie renouvelable hors réseau à 88 000 ménages. Ce partenariat a le potentiel de financer l’ambitieuse réduction de 38 % des émissions de gaz à effet de serre du Rwanda d’ici à 2030.

Nous avons besoin d’une participation africaine encore plus importante dans des collaborations de ce type.

Le leadership africain dans le commerce du carbone est une NÉCESSITÉ !

L’Afrique aurait tort de ne pas adopter l’échange de droits d’émission de carbone et de ne pas discuter avec les pays riches pour canaliser davantage d’investissements vers les projets africains de lutte contre le changement climatique. Mais surtout, les Africains doivent prendre l’initiative dans ce domaine.

En attendant une « invitation » et en n’étant pas assez pragmatique pour adopter l’échange de droits d’émission de carbone dans son intégralité, l’Afrique aura du mal à rattraper son retard par la suite.

Cela signifie que nous, les Africains, devons mener ces discussions. Nous devons également nous assurer – et être assurés – que les investissements dans les projets climatiques africains sont justes. Nous avons déjà vu des exemples de projets qui ont lésé les Africains. Il y a plusieurs années, par exemple, les agriculteurs kenyans se sont vu promettre des paiements pour le stockage du carbone dans leurs sols et dans les arbres de leurs exploitations. Mais le prix du carbone sur le marché s’est effondré et les agriculteurs n’ont pas reçu grand-chose.

La dernière chose dont nous avons besoin, c’est d’être enfermés dans un marché restrictif qui victimise l’Afrique en permettant aux investisseurs de profiter de nous. Nous devons définir la juste valeur des investissements dans les projets africains et veiller à ce que les pays riches nous paient réellement ce qu’il faut.

Cela nous ramène à l’ACMI qui a été lancée lors de la COP27. Elle s’engage à développer une approche transparente, pratique et durable des marchés du carbone pour l’Afrique. Ce faisant, elle affirme qu’elle débloquera des milliards de dollars de recettes pour les projets climatiques africains et créera plus de 100 millions d’emplois d’ici à 2050.

Je pense que les gouvernements, les entreprises, les institutions et les organisations d’Afrique devraient soutenir cette initiative et faire tout ce qui est en leur pouvoir pour accroître le rôle de l’Afrique dans l’échange de droits d’émission de carbone.

Cette démarche offre la perspective d’une contribution massive aux économies africaines, non seulement par la création d’emplois, mais aussi par l’élargissement de l’accès à l’énergie grâce aux projets d’énergie renouvelable qui bénéficient d’un financement. Dans le même temps, nous soutiendrons des causes environnementales en protégeant la biodiversité et en encourageant l’action en faveur du climat.
Ces avantages sont trop importants pour être négligés.

Ayuk NJ est un avocat, entrepreneur et écrivain camerounais. Ayuk est le fondateur et le président-directeur général du Centurion Law Group, une société panafricaine de droit des sociétés. Il est le président exécutif de la Chambre africaine de l’énergie.

Leave a Reply