lundi, 22 avril 2024

Afrique : Le Ministre Olushegun Adjadi Bakari justifie la décision de la levée des sanctions contre Niger et les trois autres pays

Quelques jours après la levée des sanctions contre le Niger, le Mali, le Burkina-Faso et la Guinée lors du sommet extraordinaire des Chefs d’État et de gouvernement de la CEDEAO, le samedi 24

février 2024 à Abuja au Nigéria, le Ministre des Affaires Étrangères du Bénin, Monsieur Olushegun Adjadi Bakari, est revenu sur la portée d’une telle décision, qui réjouit les populations de ces différents pays. C’était au cours d’une conférence de presse tenue le lundi 26 février 2024 au Ministère des Affaires Étrangères du Bénin.

Pour le Ministre Bakari, cette décision n’est que la matérialisation du souhait du Président de la République du Bénin, de concert avec ses pairs de la Communauté : « Pour nous, il s’agit d’un jalon essentiel que le Président de la République du Bénin avait annoncé lors de sa conférence de presse, il y a quelques jours, que le Bénin était favorable à une levée des sanctions. Après cette prise de position, de concert avec ses homologues de la sous-région, cette levée des sanctions a été effective au niveau de la CEDEAO mais également au niveau de l’UEMOA ».

La décision des Chefs d’État et de gouvernement de la CEDEAO fait suite à un constat. En effet, les Chefs d’État se sont rendus compte de la souffrance des peuples des pays sous sanctions et ont décidé d’agir.

À la suite de cette levée effective des sanctions, les États membres de la CEDEAO rentrent du coup dans un processus de normalisation au sein de la Communauté des peuples.

La question du retrait annoncé de la CEDEAO par les autorités du Niger, du Mali et du Burkina-Faso a été également évoquée lors de la conférence de presse. Et pour le conférencier, il est important de préserver la famille pour le bien-être des peuples : « La CEDEAO n’est pas simplement une organisation.

C’est une communauté des peuples qui est au-dessus des individualités. Pour les Chefs d’État, il est important que nous préservions notre famille. Les peuples du Niger, du Mali et du Burkina-Faso continuent de faire partie de notre famille. La famille doit rester unie. Les Chefs d’État travaillent pour que les peuples restent ensemble pour leur bien-être », a indiqué le Ministre.

Cette levée des sanctions a créé une profonde satisfaction au sein des différents peuples note-t-on dans la suite des propos du Ministre Olushegun Adjadi BAKARI.

Concernant les impacts que les sanctions ont eus sur les opérateurs économiques des différents pays, le Ministre a rassuré de ce qu’un point sera fait en son temps par les voix les plus autorisées.