Les défis du secteur des télécommunications en Tunisie.

Les défis du secteur des télécommunications en Tunisie.

Le secteur des télécommunications en Tunisie a connu un progrès soutenu durant les dernières années. Avec l’entreé des nouveaux opérateurs dans le secteur, la Tunisie a pu ttttttaccumuler une expérience appréciable en Afrique ce qui lui a permit de prendre l’écart par apport à plusieurs pays du continent.

Les experts de la Banque mondiale concluent que d’important progrès ont été réalisés dans le secteur des télécommunications en Tunisie, mais l’économie Tunisienne pourrait bénéficier de plus de réformes afin d’améliorer la compétitivité du pays et encourager l’investissement,

La Tunisie pourrait devenir un leader régional dans le secteur des TIC, si elle y entreprenait des réformes appropriées.

Particulièrement, avec plus de 120% de taux de pénétration, le marché du mobile en Tunisie devient assez mature avec une compétitivité accrue entre les trois acteurs majeurs (contre 76 % en 2007). C’est un marché où l’effet du multi SIM se sent fortement, et où nos clients deviennent de plus en plus attentifs et exigeants en termes d’attractivité  des offres et de qualité de service rendu. Nous sommes, désormais, dans un marché où la fidélisation des clients et l’innovation dans le service deviennent des facteurs clés de réussite.

Deux opérateurs transnationaux ont progressivement émergé et poursuivent leur expansion en Tunisie. Ces opérateurs contribuent très fortement à la dynamique des télécoms dans le pays par leur prise de participation ou l’acquisition de licences. Ils sont plus présents dans le segment du mobile plus ouvert à la concurrence.

L’arrivée des services 3G a pu dynamiser également le marché qui s’est montré assez captif, le nombre de clients 3G data (« dongles ») vient de dépasser le nombre de client ADSL, et avec une évolution des usages on s’attend à une forte croissance de ce service dans les années à venir.

Suite à une stratégie ambitieuse, la Tunisie a pu développer une infrastructure en télécommunication considérable qui a  contribué à la création d’emplois et à l’évolution rapide de ce secteur qui représente près de 20% du secteur des services et 10% du PIB. La Tunisie dispose de deux passerelles de liaisons par câble sous-marin et de liaisons spatiales numériques. En raison de ses infrastructures et de ses expériences, elle participe à des projets de télécommunications par satellite à l’instar du projet Thouraya au niveau du monde arabe, du projet RASCOM sur le plan africain et du projet SEAMEWE4 à l’échelle internationale.

Malgré ces avancées, plusieurs défis restent à surmonter. Le secteur souffre de deux défaillances majeures qui ont été soulevées par les experts de la banque mondiale.

Tout d’abord, Les prix de ces services en Tunisie sont en ligne avec ceux des autres pays du Maghreb, mais ils restent tout de même chers en comparaison aux compétiteurs extérieurs à la région. Les appels internationaux entrants sont onze fois plus chers que ceux de la Turquie, selon les derniers taux de Skypeout.

Deuxièmement, la compétition dans le secteur reste limitée : il existe une compétition limitée entre les opérateurs de communications internationales, tandis qu’en Europe de l’Est il existe en moyenne 10 opérateurs internationaux par pays. Une telle comparaison avec des pays ayant introduit de telles réformes démontre clairement que des progrès peuvent encore être accomplis au sein du secteur des télécommunications tunisien.

 

 

Leave a Reply