Carthage Cement annonce un plan d’investissement de 50 MD

Une communication financière à été organisée aujourd’hui, 28 juillet, à l’initiative de la société Carthage Cement, comme annoncé lors de L’AGO de la société et consécutivement à la publication des indicateurs d’activité à fin juin 2016, sur lesquels a porté une grande partie de la rencontre, animée par Brahim Sanaa, Directeur Général de Carthage Cement.

Le responsable est revenu sur la situation du ciment en Tunisie et a fait part de sa fierté devant la percée de Carthage Cement, sur un marché fortement excédentaire, surperformant nettement le secteur qui a vu à fin juin 2016, ses ventes reculer de 5,12% en comparaison avec le premier semestre 2015, soit une baisse de 191 439 tonnes. A ce titre, Sanaa a rappelé que le secteur du ciment en Tunisie a connu une évolution très faible ces dernières années au niveau des ventes, passées de 7 à 7,5 millions de tonnes entre 2010 et 2015, une faible hausse qui aurait été quasi-nulle sans la prolifération des constructions anarchiques en 2012-2013. Parallèlement, la capacité de production à évolué en sens inverse, puisqu’elle est passée de 7 millions à près de 11 millions de tonnes de clinker annuellement, avec l’arrivée de la cimenterie de Kairouan en 2012, puis Carthage Cement en avril 2014, et enfin la SCB, qui a procédé à une augmentation de sa capacité de production. La saturation du marché s’est d’autant plus accentuée que les débouchés à l’export, autre fois régis par des quotas périodiques, se sont nettement tassées, en raison des conditions actuelles en Libye et des restrictions plus ou moins justifiées de la part des autorités algériennes.

Pour rappel, au 30 Juin 2016, le chiffre d’affaire global de Carthage Cement a atteint 109,741 MD soit une progression de 21% par rapport à la même période de 2015 et cela malgré l’empiètement du mois de Ramadhan sur le mois de juin 2016 (24 jours en 2016 contre 13 jours en 2015). La part de marché dans le ciment est passée de 15,4% à fin juin 2015 à 18,98% au terme du premier semestre 2016. Le CA local s’est amélioré de 22% sur même période, sur le seul mois de juin, la société a réalisé 24,9% de part de marché en local a précisé Brahim Sanaa, l’export affiche quant à lui +3% malgré les difficultés rencontrées en Algérie et les barrières douanières imposées au ciment tunisien, en Lybie, la société revient par petites quantités. Pour l’activité Agrégats, le chiffre d’affaires à évolué de 35% celui du ready mix affiche une quasi stagnation vs le premier semestre 2015 (-1%).

Pour ce qui est des perspectives d’avenir, Brahim Sanaa a annoncé un vaste plan d’investissement d’un total de 50 MD en préparation, dont une enveloppe de 25 MD sera allouée au projet de nouveaux concasseurs, à ajouté Sanaa, en partie financés via un crédit fournisseurs. Un autre projet qui consistera en la mise en place d’une unité de production d’énergie à partir des déchets ménagers (RDF), qui permettra de diviser par deux le coût de l’énergie thermique et aura un impact de 5 MD sur le résultat net annuellement. Enfin, la société prévoit de mettre en place une sacherie pour la production de sacs d’emballage dans le cadre des efforts de maîtrise des coûts, efforts qui passeront également par un plan de départ négociés à la retraite, présenté au conseil d’administration le 26 juillet, un assainissement qui concernera 65 agents et coûtera 2,1 MD, son impact sera perceptible à partir de 2017 et totalisera 6 MD sur cinq ans, selon le management

Pour l’avenir, la société n’a pas d’autre choix que de se développer à l’export pour ne pas rester « séquestrée » et dépendante des marchés algérien et surtout libyen, insiste le DG, Carthage Cement a décidé de ne pas pousser davantage sur le local où elle atteint prématurément les 18% de part de marché planifiées, a-t-il ajouté. Le DG à évoqué à ce titre le contrat en Côte d’Ivoire qui portera sur 1,3 million de tonnes en 2016-2017, dont 825 mille tonnes de ciment et 500 mille tonnes de Clinker, avec une première livraison prévue au mois d’août, et pour lequel les négociations ont atteint le stade des instruments de paiement. Sanaa a rappelé qu’un accord à été obtenu en mars auprès du ministère du transport pour exploiter les ports de Bizerte et celui de la Goulette, en l’occurrence le quai auparavant réservé à la Golf Shopping Cruise, autre société confisquée et administrée par Al Karama Holding. L’impossibilité d’utiliser les des ports était le principal handicap pour une sortie à l’international de Carthage Cement, l’accord obtenu par CC lui ouvre de nouvelles possibilité notamment en Afrique où le potentiel est très important, qui plus est avec des prix alléchant pouvant supporter les frais de transport, contrairement aux prix pratiqués en Europe.

Rappelons que le Business Plan, déjà présenté aux actionnaires de Carthage Cement en AGO le  juillet, et reprenant à peu près les mêmes projections de la version antérieure, prévoit pour l’année en cours des revenus de l’ordre de 267,5 MD (23,4 MD agrégats, 211,9 MD Ciments, 20,7 MD ready mix et 11,4 MD production immobilisée), la société prévoit une marge brute de 141,269 MD, soit un taux de marge brute de 52,8 MD. Les projections tablent ensuite sur un résultat net prévisionnel de 48,1 MD au terme de l’exercice 2017, puis 64 MD en 2018 et 66,6 MD en 2019, il se situera à 56,3 à fin 2020.

Source : Tuxtex

 

Leave a Reply