Le marché de tourisme tchèque: des obstacles sont à vaincre pour pérenniser les acquis

La Tunisie envisage de créer une nouvelle ligne aérienne liant les aéroports internationaux de Djerba Zarzis et Tozeur à Prague (Tchéquie), a affirmé le ministre du Tourisme et de l’Artisanat René Trabelsi, à l’occasion de son déplacement en Tchéquie dans le cadre de la participation tunisienne à la 28ème Foire internationale du tourisme de Prague  » Holiday world « .

Le pays veut ainsi tirer meilleur profit de ce marché au potentiel important pour le tourisme tunisien. En 2018, plus d’un million 690 mille nuitées ont été passées dans les hôtels tunisiens, selon les données de la représentation de l’Office nationale du tourisme tunisien (ONTT) à Prague. Des résultats qui ont dépassé ceux enregistrés en 2010, année de référence.

Success story 

Ces résultats qui peuvent paraître peu significatifs pour un pays qui a accueilli plus de 8 millions de touristes, en 2018, sont plébiscités par les responsables du secteur, pour plusieurs raisons, notamment, la spécificité du marché, sa stabilité, ses perspectives de développement, et le profil du client.

A, cet égard, le ministre de Tourisme et de l’Artisanat note que  » les touristes tchèques accueillis en 2018, soit 95 mille, ont séjourné dans des hôtels, précisant qu’il s’agit là d’un facteur important, qui donne à ce marché, une spécificité que même certains grands marchés de la destination tunisienne ne possèdent pas.

 » Nous devons propulser ce marché encore en avant durant l’hiver, d’autant plus que de novembre à fin mars, c’est une période creuse (pas de demande) « , dit-il à l’agence TAP.

A cet égard, l’ONTT s’attend à une ’évolution de 15 à 20% par an à moyen et long terme et estime la demande de ce marché pour les destinations exotiques en hiver à 25% . La Tunisie, qui constitue une destination classique et de proximité ( seulement 2 heures de vol) sur ce marché, jouit d’un noyeau dur de loyaux parmi les Tchèques estimé à 40 mille visiteurs.

Elle détient plusieurs autres avantages, notamment, la présence de tour-opérateurs (TO) tunisiens sur le marché dont les deux premiers sont Exim tours et Blue Style. Fondés par des Tunisiens en Tchéquie, ce sont ces TO, qui ont permis à la destination tunisienne de résister, pendant les périodes difficiles ( 2013, 2014 et 2015), selon les opérateurs du tourisme publics et privés.

 » Ils ont continué à commercialiser la destination tunisienne en dépit de tout « , a fait remarquer Anis Shili, directeur commercial à El Mouradi, chaîne présente sur ce marché depuis 1997.  » Il est nécessaire de les soutenir financièrement durant les périodes difficiles, d’autant qu’ils ont fait preuve de patriotisme  » a-t-il dit.

A cet égard Blue Style qui a fêté, jeudi dernier, son 20ème anniversaire, en présence des responsables du tourisme tunisien, lors d’une soirée organisée à  » Zofin Palace « , palais construit au début de 19ème siècle, a été salué par René Trabelsi.  » Vous constituez une fierté pour la Tunisie « , a-t-il dit au premier responsable de l’opérateur.

Venu rencontrer les responsables de ce tour-opérateur ainsi que ceux d’Exim et Azur Reinsen, le directeur commercial de Medina Hammamet, Ahmed Rached, a fait état d’une hausse de 20% à 25% des ventes, en 2019, chez tous les partenaires tunisiens sur ce marché, par rapport à l’année 2018.

Pour ce responsable de Medina, les seules exigences du client tchèque, qui représente entre 8 et 10% du part de marché pour son entreprise, portent sur l’hygiène et la qualité de l’alimentation.

 » La communication avec lui (client chèque) est facile, étant donné qu’il maîtrise l’anglais, nous n’avons pas besoin de mobiliser un interprète, comme c’est le cas pour le client Russe « , a-t-il affirmé.

Les faiblesses sont toujours là

Cependant, l’évolution du marché tchèque ne doit pas occulter certains risques liés aux consignes « d’extrême vigilance », émis toujours, par le ministère des Affaires Etrangères tchèque et le sentiment d’insécurité qui peut freiner l’élan du voyageurs tchèque quant il s’agit de visiter une destination de la région de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient , outre la montée des destinations de proximité et la concurrence du tourisme national.

La représentation de l’ONTT à Prague évoque également, certaines faiblesses dues notamment, à la prépondérance du produit balnéaire et le bradage sans précédent des séjours toutes destinations confondues.
 » Si la Tunisie a mille et une raison de miser sur le marché tchèque « , elle est, cependant, appelée à fournir des efforts importants pour venir à bout de plusieurs autres problèmes liés en particulier à la baisse du budget de promotion en raison de la dévaluation du dinar. Il s’agit également, de résoudre les problèmes de logistique qui  » entâchent son image « , selon Shili. Le responsable cite, en particulier, la vétusté de la flotte du transporteur national, le manque de bus touristiques et les problèmes de transport et d’accueil à l’aéroport « qui n’est pas digne de l’image d’un pays touristique », selon ses propos.

Leave a Reply