Les pays arabes cherchent à accroître le volume des échanges commerciaux avec la Chine à 600 milliards de dollars

Le volume des échanges commerciaux entre la Chine et la région arabe est estimé, actuellement, à environ 218 milliards de dollars annuellement contre 36 milliards de dollars en 2004, selon le Secrétaire général adjoint chargé des affaires économiques à la Ligue arabe, Kamel Hassan Ali.
Il a ajouté, mardi, lors de la tenue de la 8ème édition du forum des affaires sino-arabes, à Tunis, que les pays arabes comptent voir cette valeur dépasser les 600 milliards de dollars au cours des prochaines années, alors que la partie chinoise a exprimé sa réelle volonté de reconstruire la ceinture régionale de la route de la soie, qui vise à établir un partenariat stratégique entre la Chine et les pays arabes.
la déclaration de l’ambassadeur des affaires du forum de coopération sino-arabe, Li Chengwen affirme que la Chine projette de renforcer ses échanges commerciaux avec la Tunisie et la région arabe, à travers leur développement via le commerce électronique.
Le président de la chambre de commerce tuniso-chinoise, Taher Bayahi a souligné que l’écart entre les exportations tunisiennes et les importations en provenance de la Chine s’est accru, relevant l’existence d’un important flux de produits chinois vers la Tunisie.
la valeur des importations chinoises de la Tunisie a atteint 5 milliards de dinars contre des exportations qui ne dépassent pas 100 millions de dinars.
Bayahi estime que le marché chinois est vaste et prometteur, voire offre d’importantes possibilités d’emploi, en particulier, dans le secteur des produits alimentaires, assurant que le produit alimentaire tunisien attire le marché chinois. Le chef du gouvernement Youssef Chahed s’est félicité, de son côté, de l »initiative « la Ceinture et la Route » soulignant qu’elle conférera un saut qualitatif à la coopérationj tuniso-arabe. Il a appelé les hommes d’affaires tunisiens à mettre à profit les opportunités offertes dans le cadre des relations économiques tuniso-chinoises, indiquant que la Tunisie oeuvre à devenir un centre régional permettant à la Chine d’arriver en Europe et en Afrique.
Le ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale Zied Laadhari a, pour sa part, fait savoir que la Tunisie se soucie de réajuster la balance commerciale avec la Chine. Et de poursuivre que cela nécessite d’intensifier l’investissement chinois en Tunisie et les relations de partenariat et de coopération dans les domaines du tourisme et de l’industrie.
Laadhari a rappelé que la Tunisie a signé des conventions avec la Chine englobant plusieurs projets relatifs notamment à l’infrastructure de base, tels que le transport et le développement urbains ainsi que les autoroutes.
Pour rappel, « la Ceinture et la Route », est une initiative chinoise dont le président chinois Xi Jinping avait annoncé le lancement en septembre 2013. Cette initiative vise essentiellement à redynamiser l’ancienne route de la soie, avec pour principal objectif la redynamisation de l’ancienne route de la soie, l’objectif étant de renforcer la coopération économique et commerciale entre la Chine et les pays situés sur cette route.
L’appel a, en outre, été lancé, depuis octobre 2015, pour la redynamisation des passages maritimes anciens afin de mettre en place une route de la soie maritime complétant l’ancienne route de la soie.
La Tunisie a signé le 10 juillet 2018, à Pékin, un mémorandum d’entente pour adhérer à l’initiative la Ceinture et la Route.

Leave a Reply