Les perspectives de la finance islamique en Tunisie, un grand potentiel à exploiter !

Les perspectives de la finance islamique en Tunisie, un grand potentiel à exploiter !

L’industrie bancaire islamique est actuellement en plein essor, avec un taux de croissance à l’échelle internationale de 15 à 20 % par année, selon Global Islamic Finance Magazine. Aucune faillite des banques islamiques n’a été enregistrée, même dans la foulée de la criseislamic-finance financière internationale,

L’industrie de la finance islamique est encore peu développée en Afrique du Nord. En Tunisie, il ne représente que 2,5 pour cent du secteur financier du pays. On note ainsi un important potentiel de croissance de la finance islamique en Tunisie.

Seulement deux banques  » conformes à la charia  » opérant actuellement en Tunisie. L’une est la banque basée à Bahreïn Al Baraka, fondée en 1983. Ses services, cependant, ne sont pas disponibles pour les résidents de la Tunisie. Au contraire, il est principalement utilisé par des entreprises étrangères pour opérations offshore. La banque Zitouna, fondée en 2010 , est la banque islamique que locale fonctionnant à la disposition des Tunisiens .

En Juin, Thomson Reuters a publié un rapport sur ​​l’industrie de la finance islamique dans le pays. Les conclusions du rapport sont basées sur une enquête sur l’utilisation et la perception, au niveau national, des services financiers de détail avec une attention particulière sur la finance islamique.

Le rapport souligne « une forte demande de la finance islamique dans le pays avec un potentiel qui pourra atteindre 25 à 40 % des actifs financiers au cours des cinq prochaines années. Ce chiffre a été attesté par le gouverneur de la Banque centrale de Tunisie Mr Chedly Ayari dans une récente conférence de presse.

Un autre facteur qui pourrait favoriser le développement de la finance islamique en Tunisie est l’existence d’une grande population qui ne dispose pas actuellement d’un compte bancaire. Ceci pourra constituer une cible pour les banques islamiques  pour offrir leurs produits financiers islamiques, et la possibilité  du financement des petites et moyennes entreprises qui cherchent le financement par les produits financiers conformes à la charia.

Un autre aspect important de la finance islamique est sukuk, un type d’obligations conçu en conformité aux principes islamiques. Sauf que le marché financier tunisien n’est pas adapté aux instruments spéciaux, en particulier en ce qui concerne le principe de partage des pertes et des ainsi que l’estimation des risques spécifiques aux contrats islamiques. Sukuk doit être utilisé comme un instrument du marché boursier et une politique monétaire contrôlée par la Banque centrale. L’émission des sukuk par le gouvernement tunisien pourrait attirer de grands fonds islamiques du Golfe.

Leave a Reply