Bulletin Environnement & Recherche: « DIS 2020 », pour la gestion des déchets industriels

L’Agence Nationale de gestion des déchets (ANGED) est en train de préparer un programme « ambitieux » de gestion des déchets industriels spéciaux à l’horizon 2020, baptisé « DIS 2020 » moyennant un financement de 10 millions de dinars, a annoncé à TAP, Omar Zouaghi, directeur général de gestion des déchets industriels à l’ANGED.

Ce programme prévoit entre autres composantes, la réhabilitation telle que recommandé par des experts, du centre de gestion des déchets spéciaux de Jradou, fermé depuis la révolution, la création de centres de recyclage des déchets, l’accompagnement des industriels pour la gestion de leurs déchets dans l’attente de la décision de la justice concernant le centre de Jradou et l’exportation de quantités de déchets dangereux stockés conformément aux dispositions de la convention internationale de BALE.

La justice n’a pas encore tranché dans l’affaire du centre de Jradou, qui oppose les riverains de ce centre à l’ANGED. Les habitants de Jradou réclament la fermeture définitive du centre pour les effets néfastes sur la santé humaine et sur l’environnement.

La BNG élue banque régionale des gênes pour l’Afrique du Nord

La Banque nationale des gênes (BNG), institution tunisienne de stockage et de sauvegarde des ressources génétiques végétales et animales, a été élue banque régionale pour l’Afrique du Nord, lors de la dernière réunion de l’Union Africaine, a déclaré à l’agence TAP, son directeur général, M’Barek Ben Naceur.

La banque de 10 chambres frigorifiques d’une capacité de stockage de 200 000 échantillons et d’une capacité de 300 000 échantillons de cultures in vitro, a déjà choisie pour recevoir, à cause de la guerre en Syrie, un quart des échantillons d’espèces génétiques mondiales, qui étaient déposées à l’ICARDA (Centre international de recherches agricoles dans les régions sèches) en Syrie.

« C’est un organisme de valeur scientifique inégalable en Afrique et même dans certains pays de l’Europe et d’Asie » a déclaré Ben Naceur, relevant que l’Union africaine va se charger d’équiper, dorénavant, la banque de matériel scientifique.

Entrée en service de stations d’assainissement au Kef

Les deux stations d’assainissement à Djerissa et Sers du gouvernorat du Kef sont entrées en service, a indiqué le directeur régional de l’assainissement, Farhat Laâmari.

Il a déclaré que des travaux de réalisation d’une station à Tajerouine et une autre station commune destinée aux délégations de Ksour et Dahmani vont démarrer bientôt.

Le coot de ces 4 stations s’élève à environ 35 millions de dinars.

En parallèle, un programme d’assainissement des quartiers de Bir Thalj, Ouedi Ain et El Bayadh à la ville du Kef sera mis en œuvre, moyennant un financement de 1 million 800 mille dinars.

Ces projets s’inscrivent dans le cadre des programmes d’environnement visant à protéger le bassin de Medjerda contre la pollution, selon le responsable de l’ONAS.

Des jeunes dirigeantes à Sfax appellent à la fermeture de la « SIAP »

Des jeunes femmes dirigeantes et membres de l’Association « Tawassol Al-Ajial » à Sfax, ont appelé, lors d’une table ronde organisée, samedi, dans la région, à la fermeture de la société SIAP (société d’acide phosphorique et d’engrais) et recommandé la réalisation de projets de développement « non polluants » pour réinsérer les employés de la société.

D’autres dirigeantes ont appelé à la valorisation des déchets ménagers et assimilés et à adopter le tri à la source en tant qu’alternatives pour résoudre la crise des déchets en Tunisie. Elles ont appelé, à cet effet, à instituer des incitations financières, fiscales et logistiques au profit des entreprises de recyclage des déchets et de tri sélectif.

Les initiatives de ces jeunes femmes s’inscrivent dans le cadre du programme « Hia » (Elle) pour le renforcement de la femme dirigeante, mis en oeuvre en Tunisie par l’Association  « Jeunes sans frontières » (JSF).

Ce programme a pour objectif de renforcer la participation de la femme à la prise de décision et à promouvoir son accès aux postes de leadership.

WatchWater: 98 cas de coupure de l’eau signalés en 2016

98 cas de coupure de l’eau ont été signalés à l’observatoire tunisien des eaux crée par l’association « NOMAD 08 Redayef », depuis le lancement de son application WatchWater (22 mars 2016).

Pour le mois d’avril 2016 , il y a eu 80 cas de coupure de l’eau et 8 fuites d’eau du réseau de la SONEDE, selon l’association.

L’observatoire crée pour permettre aux citoyens de signaler les cas de coupure de l’eau, a également recensé 13 mouvements de protestation pour cette raison essentiellement à Kairouan, Sidi Bouzid, Sfax, Tataouine, Gafsa (Redeyef), Siliana et Béja .

  A la suite de la multiplication des plaintes des habitants de Redayef et de la répétition des coupures de l’eau, une équipe de l’observatoire s’est rendue dans cette ville pour constater que les principales raisons de ce problème réside dans la vétusté et la dégradation du réseau d’adduction de l’eau de la SONEDE, à l’origine de la répétition des pannes techniques. Elle affirme même que « des fuites de l’eau du réseau existent depuis plus de 3 ans avec un débit de plus de 1000 litres/heure ».

De la COP 21 à la COP 22: définir un agenda méditerranéen régional

La COP21 a déclenché un élan particulier dans le monde en ce qui concerne la lutte contre le changement climatique. L’ensemble des Etats membres de l’UpM ont signé l’Accord de Paris à New York le 22 avril 2016 et se préparent désormais à la COP22, qui aura lieu à Marrakech en novembre 2016.

Dans le cadre de cette préparation, le Ministère français de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer a accueilli le 12 mai, en tant que présidence de la COP21, le 4ème Groupe d’experts de l’Union pour la Méditerranée sur le changement climatique (UfMCCEG), à l’Institut océanographique de Paris. Philippe Lacoste, Ambassadeur négociateur pour le climat, a participé à la réunion.

Plus de 50 représentants experts du climat, issus des pays membres de l’UPM, d’organisations internationales clés travaillant dans le domaine du changement climatique, telles que le PNUE et la BERD, ainsi que de la société civile se sont réunis à Paris.

Les participants procèderont à un suivi des mesures prises dans le cadre de l’Accord de Paris et de la mise en œuvre d’actions en lien avec les autorités locales, les investissements du secteur privé et le renforcement des capacités.

Les travaux portent sur l’adoption sur un programme de travail pour 2016 visant à renforcer l’agenda méditerranéen relatif au climat, sous l’égide régionale d’une stratégie à moyen terme, doit être adopté à la fin de la réunion.

Un dialogue de suivi méditerranéen sur l’action pour le climat se poursuivra pour les années à venir après la réunion du 4ème UfMCCEG. La MedCOP22, qui aura lieu les 18 et 19 juillet 2016 à Tanger.

Le Groupe d’experts de l’UpM sur le changement climatique  a été créé en 2014. Son objectif est d’améliorer le dialogue régional et de stimuler la reconnaissance, le soutien et le développement de projets et d’initiatives spécifiques, axés tant sur l’adaptation aux changements climatiques que sur l’atténuation de leurs effets.

Forum Régional Africain pour le Développement Durable 2016

Le Deuxième Forum Régional Africain pour le Développement Durable, se tiendra les 18 et 19 mai 2016 au Caire.  Cette rencontre aura pour thème : « Garantir la mise en œuvre et le suivi inclusifs et intégrés du Programme de développement durable à l’horizon 2030 et de l’Agenda 2063 ».

Il est organisé par la Commission Economique pour l’Afrique (CEA), la Commission de l’Union Africaine (CUA) et l’Egypte.

Y prennent part les Etats membres africains de la CEA dont des experts de hauts niveau des ministères et agences chargés de la planification et des finances, de l’environnement, des affaires sociales et de la technologie, les communautés économiques régionales, les agences onusiennes et internationales, les  représentants de grands groupes et de parties prenantes, dont la société civile, les fédérations d’entrepreneurs et d’industriels, les chercheurs et les institutions de recherche.

 

Leave a Reply