Clôture de la première phase du projet de gestion écologiquement rationnelle des PCB en Tunisie

La clôture de la première phase du projet de gestion écologiquement rationnelle des PCB en Tunisie, a été annoncée, lundi, par l’Agence nationale pour la gestion des déchets (ANGED), lors d’une conférence de presse organisée à cet effet, à Tunis.
Ce projet qui intervient dans le cadre de l’exécution du plan national de mise en œuvre de la convention de Stockholm sur les Polluants Organiques Persistants (POP), s’attaque aux sources d’émission des polychlorobiphényles (PCB) en Tunisie, tels les huiles et les déchets et a pour objectif d’éliminer les équipements et les matières qui contiennent et/ou qui sont contaminés par les PCB.
Exécuté par l’ANGED avec le soutien de la Banque mondiale et du Fonds pour l’environnement mondial (FEM), il s’étend de 2013 à 2025. Son coût global est d’environ 6 millions de dollars dont 3 millions fournis par le FEM.
Dans son intervention, Aziza Hamrouni Kerrou, coordinatrice nationale des activités de gestion des PCB a affirmé que  » l’ANGED travaille sur la mise en place d’un plan national d’élimination des PCB à travers une gestion rationnelle et écologique des équipements électriques et des déchets contenant ou contaminés par des polychlorobiphényles. L’objectif étant de réduire l’impact nocif des PCB sur la santé et sur l’environnement « .
Et de poursuivre  » jusqu’à présent, le projet a permis le recensement de 2051 équipements contenant des PCB, répartis sur 140 sites sur toute la Tunisie dont 1100 tonnes de rebut et 1214 tonnes encore en service, l’élaboration de 91 plans de gestion environnementale et sociale pour plus de 140 dépôts abritant des équipements contaminés par les PCB. Les sites renfermant les plus grandes quantités de PCB (presque 80%) sont ceux de la STEG, de la CPG, de la GCT et d’El Fouledh « .
 » 1050 tonnes d’équipements contenant du PCB ont été collectés, conditionnés et exportés pour un traitement à l’étranger dans des installations spécialisées et agréées. 96% des équipements ont été incinérés ou décontaminée puis recyclée et valorisée » a-t-elle encore précisé.
Kerrou a également rappelé que  » la signature du marché d’élimination des équipements et des déchets contaminés par les PCB à l’étranger à été conclue le 9 décembre 2015. Les travaux effectifs de conditionnement, transport et traitement ont été lancés le 2 mai 2016 par le groupement tuniso-belge SITA DECONTAMINATION/ SEGOR. 55 conteneurs ont ainsi été exportés en Belgique conformément aux normes et réglementations internationales de transport et de transfert des déchets dangereux « .
Elle a par ailleurs fait savoir que  » le projet porte également sur l’amélioration des aspects législatif, technique, institutionnel et humain relatifs à la gestion de ce type de déchets. Ainsi, un guide technique et des plans de prévention des risques éventuels des équipements à PCB encore en service ont été élaborés. Des campagnes de sensibilisation quant aux risques que représente cette matière, ont été lancées, ainsi que des sessions de formations au profit des intervenants dans la gestion des PCB « .
L’ANGED a également préparé, selon sa responsable, un projet de décret relatif à une gestion écologiquement rationnelle des PCB en Tunisie. Lequel décret verra le jour prochainement.

Leave a Reply