Mahmoud, un retraité résident à El Omrane Supérieur, quartier populaire de Tunis, a défendu, farouchement, un arbre qui était sur le point d’être rasé, par des ouvriers municipaux, à l’heure où les Tunisiens célèbrent la fête de l’Arbre.
Après avoir prévenu la protection civile d’une fuite dans le réseau de la SONEDE, Mahmoud a été amené à s’opposer à une décision de sacrifier « son arbre urbain », pour la réparation de ladite panne.
Les ouvriers municipaux dépêchés sur les lieux avec ceux de la SONEDE, ont procédé à la coupe d’une des racines de l’arbre ayant coincé la canalisation et causé la panne dans le réseau de distribution des eaux.
Quelques heures plus tard, ces ouvriers, probablement, mal conseillés ou manipulés par des propriétaires de locaux de commerce qui voulaient dégager la vue pour attirer les clients, ont décidé de couper complètement le bel arbre d’ombrage.
« J’ai entendu le bruit de la scie électrique en rentrant à la maison. J’ai vu que les ouvriers entamaient la coupe du deuxième arbre.Je suis revenu en courant et demandé qu’on arrête tout. Je défendrai mon arbre coûte que coûte », raconte Mahmoud, à l’agence TAP.
L’arbre en question fait partie de plusieurs ficus australis (espèce d’arbres de parcs et de jardins), acquis et plantés par les habitants, eux-mêmes, sur le bas-côté de la ruelle de leur quartier populaire.
Furieux, le sexagénaire a fait appel à son voisin, aussi passionné de verdure que lui. Ensemble, ils ont bloqué toute action contre les arbres qu’ils avaient plantés et soignés depuis des années.
Mahmoud a une conscience écologique innée et un amour pour la nature depuis son jeune âge. « Un arbre pour moi est un membre de la famille. J’ai toujours traité mon citronnier, mon olivier et ma vigne comme mes propres enfants ».
Il prend soin des arbres qu’il a plantés à l’extérieur comme s’ils étaient les siens. « J’ai acheté et planté ce ficus que vous voyez de l’autre côté de ma demeure, il y a 7 ans, pour dépolluer l’endroit, devenu une décharge anarchique sur la voie publique. Aujourd’hui, je le vois grandir tout comme mon petit fils ».
La cheffe de l’arrondissement de la municipalité d’El Omrane Supérieur a été alors, contactée et s’est rendue sur les lieux avec une équipe. Après des heures de négociations, elle a fini par apprécier la conscience écologique de Mahmoud et lui a donné raison. Elle lui a même, confié la tâche d’élaguer les arbres de proximité.
Planter des arbres dans les villes est aussi, important que construire des maisons. Dans les villes où les niveaux de pollution sont élevés, ils peuvent améliorer la qualité de l’air. Les arbres jouent également, un rôle de premier plan dans l’atténuation du changement climatique. Plantés en milieu urbain, ils peuvent absorber 5 à 10 fois plus de carbone que des arbres plantés dans les zones rurales. Enfin, les arbres qui se trouvent dans des endroits stratégiques dans les villes contribuent à abaisser la température de l’air de 2 à 8 degrés Celsius, selon la FAO.

Leave a Reply